Accueil / Maladies / Faux charbon

Le faux charbon Graphiola phoenicis (Mougeot)

Géographie :

Ce champignon est présent à peu près partout dans le monde : France, Autriche, Belgique, Allemagne, Grande Bretagne, Italie, Grèce, Iles Canaries, Algérie, Egypte, Qatar, Irak, Lybie, Brésil, Kenya, Floride, Californie, Argentine, Inde, ...

Ordre : Exobasidiales

Famille : Graphiolaceae

Statut réglementaire : aucun

Fiche technique

Plantes hôtes 

Ce champignon se développe sur un certain nombre de palmiers ; en premier lieu sur Phoenix canariensis, Phoenix dactylifera ainsi que Phoenix roebelenii, Phoenix sylvestris, Phoenix theophrasti. Il se développe aussi sur Chamaerops humilis, Cocos nucifera, Washingtonia robusta, ...

Biologie

Les scories de ce champignon (structures reproductives en forme de verrues, durillons noirs et durs contenant les spores claires) émergent au niveau du tissu internervaire ou le long des nervures des pinnules. Ces dernières percent la surface de la feuille sur chacune des faces et sont isolées ou groupées en amas dont la densité peut dépasser les 20 unités par cm2 de feuille. Le temps d'incubation entre la pénétration du champignon et le développement des spores est de 10-11 mois (en Floride) au terme desquels on peut observer les fructifications à la surface des pinnules. Ces scories, présentes sur les feuilles et contenant les spores, mesurent 1-3 mm de diamètre. De ces scories sortent des filaments blanchâtres qui favorisent la dispersion des spores. Les spores sont ellipsoïdales à sphériques, mesurent 3-6 µm de diamètre. Une fois les spores libérées, les scories se flétrissent et apparaissent sous forme de petits cratères noirs.

Symptômes et dégâts

Cette maladie se traduit par des scories (structures reproductives en forme de verrues, durillons noirs et durs contenant les spores claires) sur chaque face des pinnules des palmes et sur le rachis. Les scories sont plus évidentes à voir sur les palmes les plus âgées. Ces symptômes peuvent être en partie confondus avec les tâches nécrotiques résultant de carences en nutriments (potassium notamment) de l'arbre. Graphiola phoenicis est surtout une maladie d'ordre esthétique; son incidence sur la croissance de l'arbre n'est semble-t-il pas significative. Toutefois la vie d'une palme peut s'en trouver réduite lors de forte attaques.

Moyens de lutte

Pour limiter cette maladie il faut commencer par enlever les palmes sèches et les palmes les plus infestées pour diminuer la quantité d'inoculum. Si le nombre de palmes atteintes est très important n'enlever que les plus fortement atteintes. Si trop de palmes sont enlevées cela risquerait de diminuer la vitalité de l'arbre et le rendre plus sensible à d'autres agents pathogènes.

Ensuite traiter les arbres à l'aide d'un fongicide (à base de mancozèbe, cuivre, difénoconazole...). Le traitement ne va pas faire disparaitre les scories déjà présentes mais pourra éviter que les nouvelles feuilles soient infestées. Pour connaître la liste des produits homologués pour le traitement des maladies diverses sur arbres et arbustes d'ornement, consultez le site http://e-phy.agriculture.gouv.fr .