Accueil / Ravageurs / Phalène hièmale

La Phalène hièmale Operophtera brumata

Ordre: Lépidoptère

Famille: Geometridae

Statut réglementaire: lutte obligatoire sous certaines conditions (annexe B, chapitre I de l'arrêté du 31 juillet 2000)

Source : Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles de Bretagne

ZA de Bellevue - 5, rue Antoine de St-Exupéry - 35235 Thorigné Fouillard

Tél. 02 23 21 18 18 - Fax : 02 99 27 56 89

Mail : feredec@feredec-bretagne.com - Site internet : http://www.feredec-bretagne.com

Fiche technique

Répartition géographique

La phalène hiémale est d'origine européenne et asiatique et elle a été introduite en Amérique du Nord avant 1930.

Plantes hôtes

> Essences forestières et fruitières telles que l'Orme, les Chênes, le Hêtre, le Tilleul, le Châtaignier, le frêne, le Pommier, l'Abricotier, le Cerisier...

Morphologie

Adulte

> Papillon mâle

• 20 à 25 mm d'envergure

• Ailes de couleur brun clair avec des lignes transversales sombres.

> Papillon femelle

• 10 mm d'envergure, de couleur brun foncé

• Ailes atrophiées.

  • Adulte mâle à droite et femelle à gauche.

Chenille

> De 20 à 30 mm de long, de couleur vert-jaune avec des bandes longitudinales blanchâtre.

> Ne possèdent que 2 paires de pattes abdominales : se déplace en faisant avancer alternativement les extrémités avant et arrière de leurs corps.

Oeuf

> Vert pâle puis rose saumon.

  • Chenille.

Biologie

> 1 génération par an.

> Nocturne, l'adulte émerge du sol en automne (de octobre à décembre). Les adultes s'accouplent dés leur apparition, et les femelles pondent sur les brindilles, l'infractuosités des écorces et à l'aisselle des bourgeons.

> Les oeufs sont déposés par groupe de 2 à 3 éléments, dans les anfractuosités du tronc, des branches ou à la base des bourgeons. L'éclosion a lieu de fin mars à la mi-avril.

> Un mois et demi après leur naissance, les chenilles gagnent le sol par un fil soyeux, s'enfoncent peu profondément dans le sol (15 cm) et se nymphosent.

Symptômes et dégâts

> Perforation des bourgeons par les jeunes chenilles pour se nourrir des pièces florales et du limbe.

> Attaque des feuilles en les découpant très largement.

> Morsures, parfois très profondes, des jeunes fruits.

Moyens de lutte

> La lutte n'est pas indispensable.

Précautions à prendre : Ne pas toucher les chenilles, ne pas manipuler les nids. Informer, surveiller particulièrement les enfants durant les périodes à risques. La lutte individuelle n'est pas souhaitable, seule la lutte collective est réellement efficace.

Pour connaître la liste des produits autorisés, consulter le site: http://e-phy.agriculture.gouv.fr