Accueil / Ravageurs / Pyrale du jasmin

La pyrale du jasmin Palpita unionalis

Lépidoptère présent dans toute le région méditerranéenne, mais aussi en France, Belgique, Espagne, Suède, Angleterre, Finlande, Grèce, ...

Ordre : lepidoptera - Famille : pyralidae - Statut réglementaire : aucun

Fiche technique

Plantes hôtes :

Palpita unionalis attaque l'olivier, le Jasmin (Jasminum), le Troène (Ligustrum), le Frêne (Fraxinus) et l'Arbousier (Arbutus unedo).

Morphologie :

A) Les adultes

Ce sont des papillons blancs, de 2,5-3 cm d'envergure avec une forme triangulaire au repos. Les ailes sont semi-transparentes et les ailes antérieures sont bordées de brun avec 2 points noirs au milieu. La première paire de pattes présente des taches brunes.

B) Les chrysalides

Les chrysalides, 12 à 16 mm de long, 3 à 4 mm de large sont brunes et finement rugueuses.

C) Les larves

Les larves possèdent une tête jaunâtre et un corps vert. Elles possèdent 3 paires de petites soies disposées latéralement sur chaque segment. Les chenilles de dernier stade mesurent 18 à 20 mm de long.

D) Les œufs

Les œufs blancs sont ovales et aplatis et finement réticulés. Ils font 1 mm de long et 0,5 mm de large.

Biologie :

Les adultes émergent au début du printemps. De mœurs crépusculaires, l'accouplement a lieu dès le deuxième jour. La parade dure 4 à 6 heures et peut se répéter de nombreuses fois. Une fois fécondées, les femelles pondent environ 600 œufs isolément ou bien par groupes de 3 à 5 sur les faces supérieures et inférieures des feuilles principalement le long de la nervure centrale. Après avoir pondu les femelles meurent aussitôt et la période de ponte dure de 10 à 30 jours.

Les œufs éclosent selon les températures au bout de 3 à 20 jours. Le développement larvaire dure 18-25 jours, les chenilles se nourrissant des jeunes feuilles à l'extrémité des rameaux, en décapant d'abord une face, puis en découpant le limbe. Elles construisent sous la face inférieure des feuilles un abri constitué de fils de soie. En grandissant les larves réunissent 2-3 feuilles avec des fils de soie et pénètrent entre.

Cette espèce présente 2 à 4 générations par an et passe l'hiver au stade de chenille.

Symptômes et dégâts :

Généralement les dégâts causés par les chenilles sont peu ou pas importants et ne le deviennent que lorsque les jeunes plantations de 1 à 3 ans sont attaquées. Ceci peut devenir préjudiciable en pépinières en nuisant grandement au développement des plants.

Les larves de premier stade décapent le parenchyme de la face inférieure des feuilles. Plus âgées, les chenilles provoquent des découpures dans les feuilles et peuvent détruire des bourgeons terminaux. Les chenilles de seconde génération s'attaquent aux olives en formation, les rongeant, parfois jusqu'au noyau.

Moyens de lutte

A) Lutte Biologique

Les traitements contre la teigne, à base de Bacillus Thuringiensis (conforme aux principes de la lutte raisonnée et admis dans le cahier des charges de l'agriculture biologique) ont un effet sur les chenilles de pyrale.

B) Lutte chimique

La lutte chimique n'est justifiée que sur des arbres de 1 à 3 ans. Le produit est pulvérisé sur l'ensemble de la frondaison dès les premiers signes d'attaque.
Ce traitement est à renouveler en cas de pluie ou si la température reste fraîche dans les jours qui suivent la pulvérisation.

Pour connaître la liste des produits homologués contre ce ravageur, se référer au site internet http://e-phy.agriculture.gouv.fr

Complétez votre recherche

Cultures associées